Histoire de mélanges et mélanges de l'histoire - Décryptage

Le Samedi 17 Mai 2008, ArkéoTopia organisait son second ArkéoCiné public au Studio des Ursulines à Paris.

Autour du film de Doug Lefler sorti en 2007, La dernière légion, Yvan Barat, archéologue au service archéologique départemental des Yvelines et l'équipe d'ArkéoTopia ont décrypté les images du film pour le plus grand plaisir du public.

Prenant appui sur les travers du film comme sur les traits soulignant une réalité de l'époque, Yvan Barat a redressé les images pour les faire correspondre au Ve s. ap. J.-C., date à laquelle se déroule l'action. Il nous rappelle que si le personnage d'Odoacre, le chef des Goths, a bel et bien existé, c'était un général romain. Loin du cliché de barbare hirsute et chevelu qu'en donne le film, il était certainement habillé à la mode romaine.

À partir de là, si le film se développe autour d'enjeux politiques bien réels pour l'époque entre Rome et les « barbares », leur traitement relève de la pure fiction, touchant même parfois complètement à l'héroic fantasy dans les décors. C'est ainsi que nous apparaissent un village fortifié et le château de Vortigern, images archétypales dignes des contes de fées à la sauce Disney, là où les vestiges archéologiques rendent compte du remploi de bâtiments romains de type insula.

Yvan Barat au Studio des UrsulinesEt l'épée de César ? A-t-elle bien existé ? Avec humour, Yvan Barat rappelle d'abord que l'idée d'une lignée des Césars est à éliminer. Cette appellation ne correspond pas à la dénomination d'une famille, mais à celle d'une titulature. Puis, soulignant que si César a forcément possédé une épée, celle-ci n'a jamais eu la place qui lui est donné dans le film comme ancêtre d'Excalibur et encore moins les vertus qui lui sont prêtées. Il existe bien, en revanche, des épées attribuées à César, dont l'une repose au temple de Mars Ultor à Rome.

Malgré l'idée originale d'un point de vue cinématographique et cohérente par rapport à l'époque donnée pour le légendaire Arthur se situant autour du Ve s. ap., comme à celle connue du personnage historique remontant au VIe s. ap., Yvan Barat mit bien évidence qu'aucun lien familial n'avait à être retenu entre le dernier César et Arthur. Des échanges avec la salle se poursuivirent sur le mur d'Hadrien à l'époque ainsi que l'armement et les différents fantasmes évoqués par le film comme celui de castes de femmes guerrières, etc.

Comme précédemment, toute l'équipe remercie les participants ayant répondu au questionnaire de satisfaction distribué avec la fiche de références et dont voici les résultats. C'est grâce à vos commentaires que nous pouvons savoir si nous répondons bien à vos attentes, le savoir nous soutien dans notre action.

C'est sur ce trait d'humour et de divertissement que la saison 2007-2008 des ArkéoCinés se termine. L'équipe d'ArkéoTopia vous donne rendez-vous pour un prochain ArkéoCiné un peu particulier le Vendredi 26 Septembre 2008 dans le cadre de la Nuit Européenne des Chercheurs. Ce soir-là, loin des clichés hollywoodiens, ArkéoTopia vous entraînera à la découverte des hommes et des femmes qui font l'archéologie, au travers de documentaires télévisuels et du vécu d'archéologues qui seront présents pour parler avec le public. N'hésitez pas à suivre l'actualité du site Internet pour des compléments d'informations et rendez-vous pour "L'Archéologie fait son cinéma" à la rentrée.

Pour en savoir plus sur ArkéoTopia, prenez connaissance de la présentation de notre association et n'hésitez pas à nous écrire à contact@arkeotopia.org.